Au fil de l'Ain
Accueil Perros Guirec Coiffes de Perros Grimbosq Trams du Bugey Jadis...Le BUGEY Dortan Au fil de l'Ain Lyon Saint Just Vive la Pêche

 

 

 

 

Perros Guirec
Coiffes de Perros
Grimbosq
Trams du Bugey
Jadis...Le BUGEY
Dortan
Au fil de l'Ain
Lyon Saint Just
Vive la Pêche

 

 

 

 

  

   CpaAin102.jpg (52999 octets)

    

La source de l'Ain, d'origine vauclusienne se trouve à 680m d'altitude sur la plateforme de Nozeroy.  Sous l'aspect d'un torrent impétueux elle descend vers Champagnole produisant de superbes chutes comme le saut de Maillys.

Elle s'engage dans une gorge étroite à Bourg de Sirod,  fissure profonde appelée " La Perte de l'Ain"  pour en sortir sous forme d'une chute.  Près des forges de Syam l'Ain reçoit la Saine et arrive à Champagnole où jadis elle faisait tourner les tanneries, les moulins, les scieries, les tourneries.  Après Pont du Navoy ( le "navoy " était une barque de passage) elle rentre dans la plaine de Montigny sur Ain. Grossie du Hérisson elle alimente le barrage de Blye par le Saut de la Saisse et parvient à Pont de Poitte dont les gorges en aval ont été noyées par les eaux du lac de Vouglans.

La Cluse de la Pyle,  passage important vit successivement un pont romain, un gué, un bac , plusieurs ponts de bois victimes des crues et des événements  historiques, un pont de pierre puis  un autre métallique qui lui disparaîtra  en 1968 pour donner naissance à un ouvrage d'art spectaculaire en béton précontraint s'élevant au dessus de la retenue du barrage de Vouglans dont l'édification submergea 1600 ha de terrains dont le village du Bourget et son hameau de Bellecin, celui de Brillat et  la chartreuse de Vaucluse dont les bases furent jetées en 1125 dans cette mauvaise vallée devenue "vallis clausa" (Vaucluse). Cet ensemble de bâtiments construit sur une terrasse portée par des arches de 13m dans un site unique et difficilement accessible(un bac à traille y était implanté ainsi qu'une sorte de simple téléphérique à ciel ouvert pour un passager ) sera dynamité par les artificiers .

CpaAin9.jpg (35937 octets)

Grâce aux Amis de Vaucluse l'hostellerie et  l ' ensemble architectural supportant le portail seront déplacés et reconstruits plus haut au dessus du niveau du lac.

Cartopassion vous recommande la visite de ce site où vous découvrirez une multitudes de clichés relatifs à cet endroit et à la région qui l'entoure.

Un premier barrage en amont du village de Vouglans a lui aussi été détruit pour faire place à l'actuel , achevé en 1968, qui retient un volume de 605 millions de m3. En aval Menouille était le point de départ des radeaux de bois acheminés à Lyon dans des conditions difficiles.

CpaAin8.jpg (11106 octets)

L'Ain s'engage dans un étroit défilé jadis dangereux: le Saut du Mortier. En 1901  y sera construit le premier véritable barrage destiné à fournir de l'énergie électrique pour la région de St Claude à partir d'une centrale électrique. Ce décor hanté par la Vouîvre cède la place à la retenue de Coiselet qui recouvre l'ancien confluent avec la Bienne qui fit de Condes un village portuaire important pour les radeliers du flottage des bois.

CpaAin7.jpg (11712 octets)

L'Ain poursuit son cours porteuse de la légende d'Oliferne et récupère sur sa rive gauche l'Oignin. Elle parvient à Thoirette donnant à ce bourg un  cachet superbe  qui en fait un lieu de séjour agréable pour les pêcheurs et les campeurs. Ici, jusque vers 1930 on construisit de grosses barques en bois. En aval le confluent de la Valouse apparaît impressionnant. Le moulin au pied de la reculée de Corveissiat a disparu recouvert par le plan d'eau du barrage de Cize (1928 -1932). En aval, voici sans doute le plus beau méandre de l'Ain appelé "Epaulette de Cize" sur lequel s'élance le non moins célèbre viaduc qui offre la particularité de porter la voie ferrée  de Bourg en Bresse à Saint Claude (depuis peu la ligne TGV Genève - Paris) et dans sa partie inférieure la route de Poncin à Thoirette  .

CpaAin6.jpg (14120 octets)

La vallée se resserre et devient spectaculaire  avec  des parois rocheuses   impressionnantes comme les rochers du Jarbonnet. En aval Serrieres trouve l'origine de son nom dans "serré". Le pont d'une arche a remplacé le vieux pont suspendu en raison de la remontée des eaux provoquée par la construction du barrage d'Allement à l'endroit où existait déjà un ouvrage classique en travers.

CpaAin5.jpg (5980 octets)

L'Ain coule au pied du château de Lacueuille, baigne Poncin vire à angle droit, la vallée se resserre près du site préhistorique de la Colombière, s'élargit de  nouveau à Neuville passe sous un pont massif construit en 1771. Sur la rive droite, Oussiat conserve encore les bâtiments d'une usine de soierie et d'une usine électrique, alimentées par un canal de dérivation. Quelques méandres et voici Pont d'Ain qui tire son nom des multiples ponts qui la franchirent, son château  chargé d'histoire avec la maison de Savoie et surtout Philibert le Beau et Marguerite d'Autriche  qui fera achever l'église de Brou, ses anciennes minoteries.  La rivière retrouve alors son aspect d'autrefois avec ses "raides", ses trous, son courant, ses bancs de graviers.  A Varambon sur la rive droite elle reçoit le Suran dans un cadre bucolique et enchanteur.

CpaAin4.jpg (8133 octets)

Cet ancien port à la sortie d'une courbe dangereuse est dominé par le château De Boissieu. Devenue sauvage elle s'élance dans la plaine dans un cour indécis avec des lônes divaguant parmi les "brotteaux". Elle fait alors le bonheur des pêcheurs à la mouche. Après Priay, à Gévrieux, l'Albarine, affluent au régime irrégulier descendue des hauteurs de Brénod vient la rejoindre. C'est là que venait se baigner le jeune Saint Exupéry.

La rivière continue son tracé sur un magnifique lit de galets, multiplie les rapides  près de Mollon. Après le pont de Chazey, lieu de fraîches baignades, elle vient se heurter à de gros blocs au dessous du village dont on devine le château. Le courant devient violent  et se brise parfois sur les gabions (masses artificielles disposées dans le lit pour en diminuer l'ardeur érosive), les berges diffuses se succèdent  vers  Charnoz, Saint Maurice de Gourdans.

CpaAin3.jpg (9360 octets)

Après Port Galland elle s'en va divaguant et finalement se jette dans le Rhône à Anthon dans le décor sauvage d'un confluent superbe.

CpaAin1.jpg (6961 octets)

BIBLIOGRAPHIE

  • BUFFET Jean-Roch  - HUMBERT Raymond - LEVILLAIN Marie-Josèphe - PAN Jean-François ,La Valléee de L'Ain , préf . de Denis PLET , Bourg-en-Bresse , juin 1989 , 165 p .

jacques.grimbot@wanadoo.fr

A Lire:

  • FAVEROT Pascal - Les brotteaux de la rivière d'Ain - Conservatoire Rhône-Alpes des Espaces Naturels - Collection : Guide patrimoine Rhône Alpes, 48 p

 

 

  • M. E. CUAZ - PONT D'AIN (HISTOIRE DU CHATEAU DE )


     

 

  • CHAPPAZ Gérard - La Vallée de l'Ain - Mémoire en Images-- Collection: Allan Sutton, 127 p - 2006